GAIA ORION

L’art au service d’un monde florissant et en paix

Avant d’être artiste: Je suis avant tout une maman. Comment  faire rimer nos élans créatifs avec  les exigences d’être parent. 

mom-couchCette année mon rôle de maman entre en phase de transition. Mon fils Tao aura bientôt 18 ans et va quitter la maison pour voyager et étudier.

Quand les enfants font irruption dans nos vies, la première leçon qui nous est enseignée est «le service». Nous pouvons avoir envie de dormir, regarder un film, lire un livre, commencer à peindre, papoter au téléphone avec une copine … mais autant être clair, pendant de nombreuses années les parents n’ont tout simplement pas un accès facile à ces simples plaisirs. Si nous voulons apprécier notre rôle de parent mieux vaut accepter cela au plus vite. En ce qui me concerne, c’est à 24 ans que j’ai dû franchir ce pas  de façon drastique. En effet,  je me suis retrouvée à la tête d’une  famille de 3 enfants quasi en  instantané (mon fils et mes filles jumelles sont nés avec 14 mois d’écart ).

Cette construction intense et accélérée a de fait amplifié les leçons que la parentalité allait m’offrir. Coincée sur le canapé, à allaiter mes jumelles et lisant un livre à mon petit garçon, je ne pouvais même pas penser à que j’aurais voulu faire.

Avant de continuer de vous entretenir sur la façon dont mon art est entré dans ma vie, je voudrais tout de même souligner combien être au service de mes enfants fût un vrai cadeau de la vie. Vivre avec, auprès et pour eux m’a confronté à de nombreux aspects «ombres» de ma personnalité, que je n’avais jamais appréhendés auparavant. Je dis toujours qu’être parent est un peu comme être sur scène : Lorsque nous dérivons, les résultats et les conséquences apparaissent  instantanément (bien évidemment un minimum de sensibilité est requis pour en prendre conscience). Faire face aux regards effrayés, tristes ou humiliés de nos enfants après avoir hurlé sur eux… est un puissant facteur de motivation pour notre changement intérieur. Prendre ce difficile rôle de parent au sérieux, fût un vrai catalyseur pour ma transformation. Ces enseignements furent plus gratifiants que bien des succès rencontrés au long de ma carrière artistique.

Il m’arrive de voir des jeunes mamans qui sont frustrées parce qu’elles aimeraient s’engager plus dans le monde, elles voudraient libérer leurs talents, exprimer leur créativité ou même devenir un acteur du changement sociétal; elles se sentent souvent coincées à la maison et trouvent que ce rôle de parent met leur vie en attente durant trop d’années. Même si j’ai pu ressentir moi aussi ces émotions, j’ai eu la chance de comprendre dès la naissance de mes enfants que cette période de vie avec eux allait être relativement courte ; j’ai également perçu qu’il n’y aurait pas de deuxième chance.

In The Wild smallOr, il s’avère que ma créativité a commencé à émerger lorsque j’étais enceinte. Très rapidement j’ai su que je voulais devenir artiste professionnelle. J’ai attendu que mes enfants aient 7 et 8 ans, pour m’y consacrer sérieusement. Durant toutes ces années, je brûlais d’envie de partager mon travail avec le monde, mais je n’avais vraiment pas le choix : avant cet âge de sagesse des 7 ans, si je voulais peindre, ils voulaient tous peindre aussi.  Et mon style artistique ne supporte pas le risque d’intempestifs  coups de pinceaux assortis de traces de petites mains!  Enfin,  que sont sept années comparées à toute une vie ? Le reste du monde peut certainement attendre notre talent, alors que nos enfants ne le peuvent pas. Être disponible durant ces années formatrices est d’une importance capitale.

Voici pourquoi tout au long de ma carrière artistique, j’ai toujours précisé : «avant d’être artiste, je suis avant tout une maman». Mon art, mes élans créatifs, la satisfaction professionnelle, le côté business de ma carrière… Tout cela est toujours passé en deuxième position.

Autre motivation pour faire passer mon art en second : l’intégrité. Je ne pouvais tout simplement pas présenter mon œuvre au monde si je n’avais pas une vie personnelle un tant soit peu équilibrée. Être à la maison, prendre du temps pour ma santé et notre bien-être, être présente pour ma famille furent les bases de cet équilibre. Être artiste est un cadeau de la vie, les images me viennent comme des petites surprises. Quelque part, je ressens que la qualité de mes dons au monde  repose sur la qualité et l’intégrité du socle qu’est ma vie. Je ressens aussi clairement que la Muse ne serait pas si généreuse si je n’avais pas mis en place ces priorités. Le chemin de vie semble se dérouler harmonieusement quand nous portons notre attention sur ce qui est essentiel. Du moins ce fut mon expérience personnelle !

Ce qui est chouette c’est que maintenant que j’ai presque fini d’être maman, je vais pouvoir consacrer 100% de mon temps à ma carrière artistique … Vu ce que j’ai accompli en lui laissant la seconde place, j’ai hâte de voir la suite !

Pour plus d’information sur mon art veuillez visiter mon site www.artbygaia.com

1 Commentaire

  1. Bonjour Gaia,

    Mon 2ème enfant aura 18 ans cette année en juin, j’ai travaillé 5 mois l an passé à cause de la Covid, et je me suis faites opérer, j ai perdu mon uterus, qui faisait de moi, ce qui a conduit ma vie jusque là.

    Les chemins qui m ont mené à vous sont une simple recherche d identité. Je cherchais à savoir si un artiste avait pris le nom de maman.
    Pourquoi ? Parce que c est ce que je suis devenue il y a maintenant un peu plus de 20 ans.
    À 18 ans, je rêvais d être une artiste, mais j ai cru que je ne valais rien alors j ai cherché la psychologie,

    Pour 2 petites années, avant de me retrouver encore plus ratée. Car je ne savais toujours pas comment ETRE et encore moins sans argent.

    Alors j ai essayé de me trouver autrement, professionnellement. Stages, introspection de personnalite, je cherchais dans le monde de la formation professionnelle à trouver ma voie. Mais pourquoi ?
    Pour satisfaire la soif de l indépendance. Quitter une maman un peu trop paumée, pauvre et bordélique depuis la mort de mon père 12 ans auparavant.

    Je cherchais un chemin, en sachant très bien que ce que j aurais vraiment voulu c est vivre d art et d eau fraîche, sans pour autant avoir une maison en carton car plus que tout je ressentais ce manque terrible en moi, le besoin d être protégé.

    C est comme cela que j’ai rencontre le père de mes enfants.
    Et si j y ai trouvé mes enfants et un rôle qui m à permis de grandir, celui de maman. Je n ai jamais trouvé auprès des hommes le bien être et l épanouissement.

    Égocentrisme, alcoolisme, jalousie, égoïsme, irrespect humain, manque d intérêt.

    Je cherchais la protection tout en devant la porter à mes 2 enfants, les guider, financer nos vies et essayer de m épanouir si je pouvais, seule ou avec des bâtons dans les roues. Nous avons même dû pendant quelques mois manger grâce à la croix rouge, car j avais repris des études pour financer nos vies par la suite.

    Quand à l art dans tout cela ?
    Il s exprimait de temps en temps, selon ma disponibilité mentale et intellectuelle sans vraiment prendre une voie défini.
    J’ai écrit de la poésie, j’ai dansé, et depuis quelques années je photographie de temps en temps.

    Ce n’est pas la vie à laquelle je m attendais et quelque chose en moi me donne l impression que quelque chose est terminé.

    J ai mûri grâce à mes enfants.
    Mais quelque chose me manque toujours.
    Lorsque j avais 16 ou 17 ans, je savais que mon art ne pourrait être qu un arc en ciel et c’est uniquement lorsque je l aurais trouvé que je m epanouirais.

    J ai le sentiment depuis toutes ces années d être une artiste, mais je ne produis rien à part des essais, je suis donc un cœur d artiste mais un artiste ratée

    Je fais partie depuis des années de ces gens.

    Et lorsque je regarde vos œuvres je vois ce que je voudrais exprimer.
    La vie et la couleur dans la pureté et la force, dans la femme et la famille.
    Dans la nature et les éléments.
    C est pourquoi je vous écris aujourd’hui.

    Est-ce que mon uterus envolé, l âge que j ai atteind aujourd’hui avec son expérience, l émancipation prochaine de mes enfants sont ils des signes ?
    Je n ai jamais réussi à m épanouir en couple et ce n’ est pas le couple qui me permettra de m exprimer et de partager avec le monde ce que j ai toujours ressenti enfouis à l intérieur.
    Je dois donc trouver le moyen de m exprimer pour enfin vivre maintenant que mon rôle de mère est mort en partie.

    Je vous envie, et je vous félicite. j envie votre parcours et ce que vous pouvez partager avec le monde, peut-être qu aussi loin que nous sommes quelque chose dans le monde se passera pour ouvrir la voie.

    Merci pour votre aide, merci pour votre art.
    J espère que vous me comprendrez.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest

Partager